FAQAccueilRechercherMembresS'enregistrerConnexionGroupes

Partagez | 
 

 Histoire basée sur des traductions.

Aller en bas 
AuteurMessage
folkefiende
Orateur anarchiste du dimanche mais le lundi aussi si on lui demande gentilment
avatar

Messages : 2861
Date d'inscription : 24/05/2008
Age : 27
Localisation : Apatride

MessageSujet: Histoire basée sur des traductions.   Lun 24 Mai - 4:06

Histoire basée sur des traductions.

Ceci est l'histoire d'un utilisateur pris en charge. Moi. Pris en charge ? Par quoi ? Je ne sais pas. Tout ce que je peux lire sur la porte d'entrée, c'est le mot "Kontentsutorafikku". N'ayant rien d'autre à faire, je tourne la clinche et pousse doucement cette porte qui laisse échapper un grincement sourd. Je découvre progressivement le décor de la chambre qui se cachait derrière elle. Malgré le peu de lumière, j'arrive à discerner la disposition des meubles. On dirait une chambre d'hôtel. C'est là que j'aperçois un téléphone. Un téléphone blanc, sur une table de nuit. Je m'approche du combiné, la lampe au dessus de celui-ci grésille. Pour une raison qui m'échappe, il me prend l'envie de le décrocher et de composer un numéro au hasard. À mon étonnement, quelqu'un répond :
— « C'est moi. Oui, "moi". Ton "moi", toi. Je suis toi. Tu as échoué. Tu as échoué, comme une pauvre merde. Pourtant, tu as couché avec Thys. Comme si c'était une récompense qui sacralisait ta médiocrité. Pauvre merde. »
Effrayé par cet interlocuteur pour le moins étrange, je lâche le téléphone et recule dans un geste soudain et heurte l'armoire. Dans un moment de panique, je me saisis d'une ceinture qui pendait à un porte-manteau tout proche et me mets à lacérer l'appareil téléphonique de tous mes forces. Avec une intensité telle que le petit meuble sur lequel se trouvait cet appareil bascule, se couche au sol et son large et haut tiroir s'ouvre, ce qui laisse s'échapper une douzaine de radis qui roulent sur le sol. Je ne comprends plus très bien. Je fourre mes mains dans mes poches, perdu dans mon questionnement. Je ne tarde cependant pas à en les ressortir, surpris par une vive sensation de picotement dans ma main gauche. Je vide mes poches sur le lit parfaitement arrangé et c'est là que je découvre avec stupeur l'objet qui a brièvement pénétré ma chair. C'est une seringue. Je me sens bizarre, tout à coup. La marque de ma blessure, bien que minuscule, est bleuâtre et me procure une sensation bizarre. J'ai comme l'impression de pourrir. J'ai envie de m'en aller d'ici. Lorsque je me retourne pour essayer de rejoindre la sortie de cette chambre, mon regard croise une étrange affiche : On y aperçoit un triangle, équilatéral, avec en son sommet une tige de bambou, et aux extrémités de sa base un fer à cheval ainsi que, aussi étonnant que cela puisse paraître, un petit dessin d'une femme qui écarte ses fesses. Au centre ce triangle se croisent deux symboles de Vénus roses. Repoussé par cette forme géométrique étrangement décorée, je lacère le poster et c'est avec à mon étonnement que je vois quelque chose en tomber. Je regarde à mes pieds et j'y aperçoit tout un tas de petits poissons, frétillants. Ils frétillent avec force, et se rapprochent de plus en plus du combiné de téléphone, au sol. Une fois arrivés à son niveau, ils s'arrêtent de frétiller et ne montrent plus signe de vie. Ce téléphone m'inquiète. Je me dirige encore une fois vers le combiné, me baisse, m'en saisis et le jette au sol sur lequel il éclate en larges morceaux de plastiques difformes. Mais en se disloquant, l'appareil a laissé découvrir ses entrailles électroniques, où trône ce qui semble être un petit bout de carton rectangulaire tâché. Je l'attrape du bout des doigts et je la parcoure des yeux. En fait, c'est une carte de visite. Une carte de visite tâchée d'encre noire sur laquelle il est inscrit :
Mr Moe / Scénariste / Union Sadisutoraidi / Tél. -----
Et au dos :
Vous ne voulez pas perdre quatre filles, n'est-ce-pas, Mr ----- ?
Le numéro de téléphone et le nom de ce deuxième monsieur étaient complètement illisibles, recouverts de taches inopportunes. Je suis intrigué par le message laissé à l'arrière de la carte de visite. Mais je n'ai pas le temps d'y réfléchir que j'entends un bruit de pas et me retourne. Je suis figé sur place. Quatre personnes, dont je n'arrivais pas à discerner le visage mais dont je ne pouvais pas ignorer les formes féminines entièrement découvertes, venaient d'entrer silencieusement dans la pièce. Une portait une bougie, éteinte. Une autre portait un calamar, vraisemblablement mort. Encore une autre portait une espèce de lézard, qui ne bougeait pas d'un cil. La dernière, elle, portait à la force de ses deux bras une tête d'âne, coupée, qui dégoulinait encore de son sang. C'est elle qui brise le silence :
— « La partie inférieure de notre corps .... »
Celle qui porte le calamar poursuit :
— « Nous allons jouer à un jeu. »
Celles qui tenaient respectivement la bougie et le lézard laissent tomber ces objets et s'entrelacent, sans faire de bruit. Elles parlent en même dans temps en laissant s'échapper, dans un soupir :
— « Ce n'est pas de sa faute. Il fait chaud. »
Soudain, les deux autres se mettent à leur tour à lâcher prise sur ce qu'elles tenaient dans les mains et, toutes les quatre, pointent du doigt un combiné de téléphone. Un parfaitement identique à celui que j'ai violemment projeté au sol avant l'arrivée de ces femmes énigmatiques. Il est de l'autre côté de la chambre, sur une chaise en bois. C'est là que celle qui se trouve tout à ma gauche semble s'adresser à ses camarades :
— « Rejiru ... Handseals ... Reidy ... »
Elles se se tournent toutes dans ma direction :
— « Où est le deuxième téléphone ? »
J'ai l'impression d'être accusé de quelque chose de grave. Je sens une goute de sueur ruisseler sur mon front. Soudain, une lumière aveuglante traverse la pièce. Je ne sais plus trop où je me situe. Je sens le corps de ces femmes nues se frotter contre le mien, leur seins fermes rebondissant contre mon épaule gauche. J'ai quelque chose dans la bouche, mais je ne sais pas c'est quoi. On me susurre à l'oreille, dans une voix douce mais étouffée :
— « Voyez, mais ne regardez pas. »
Une voix plus ferme semble provenir d'un plus plus loin :
— « On ne peut pas laisser faire ça. »
Puis, mes yeux se ferment lentement, et je crois que je m'endors. Je ne me souviens plus de rien. Par contre, je pense savoir quelque chose. Je pense que je vais mourir, ou que je suis peut-être même déjà mort. Je suis toujours dans la chambre d'hôtel. Sauf qu'elle est éclairée et qu'elle est entièrement vide, à l'exception du lit qui semble toujours à la même place. Sur ce lit, toujours aussi bien arrangé, je peux voir mon bras, enroulé dans une manche de mon manteau, qui laisse dépasser une main blanchâtre. Moi-même, je suis au sol, incapable de bouger, et je baigne dans une flaque de mon propre sang.





Fin.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Val
Put your handz up for Detroit!
Put your handz up for Detroit!
avatar

Messages : 1823
Date d'inscription : 25/08/2008
Age : 26
Localisation : Dans sa glaire.

MessageSujet: Re: Histoire basée sur des traductions.   Lun 24 Mai - 4:34

WHAT THE FUCK.

Bon si c'est pas sérieux WHAT THE FUCK, si ça l'est je trouve l'univers marrant mais putain ça pars dans tous les sens, le rythme est démentiellement rapide et j'ai rien compris.

Mais je parie plutot sur la première possibilité XD
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://beyond.forumparfait.com
Val
Put your handz up for Detroit!
Put your handz up for Detroit!
avatar

Messages : 1823
Date d'inscription : 25/08/2008
Age : 26
Localisation : Dans sa glaire.

MessageSujet: Re: Histoire basée sur des traductions.   Lun 24 Mai - 13:46

Oh putain le bide.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://beyond.forumparfait.com
Haganeren
Insane, Protuberant and Subjective Black Monolith
avatar

Messages : 2058
Date d'inscription : 14/09/2008
Localisation : Dimension 53G-H3, Coincé entre les tuyau à Goo et les nuages symphonique. Prêt du mont Nazebrock

MessageSujet: Re: Histoire basée sur des traductions.   Lun 24 Mai - 13:51

J'ai rien compris non plus... Si c'était une histoire de toi ben euh... Le Fan Work aurait été mieux non?
Et je vois pas le rapport avec la traduction...

Mais sinon euh... Pourquoi pas...

_________________
Il n'y ni mauvais ni bon jeu, il n'y a que des gouts... Telle est ma manière de songer.


... Quoi? On a bien le droit d'être fier de son nombre de RPG fini non? >>
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ragink
UN RENOI DTR
UN RENOI DTR
avatar

Messages : 569
Date d'inscription : 05/10/2008
Age : 24
Localisation : Rue du point du jour

MessageSujet: Re: Histoire basée sur des traductions.   Lun 24 Mai - 14:42

Non mais Iwant a appris à faire joujou avec le traducteur google c'est tout.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Haganeren
Insane, Protuberant and Subjective Black Monolith
avatar

Messages : 2058
Date d'inscription : 14/09/2008
Localisation : Dimension 53G-H3, Coincé entre les tuyau à Goo et les nuages symphonique. Prêt du mont Nazebrock

MessageSujet: Re: Histoire basée sur des traductions.   Lun 24 Mai - 15:03

C'est par Google Trad ça? ô_o...

Ben... Ils se sont VACHEMENT amélioré tout de même...
J'ai même pas remarqué!

_________________
Il n'y ni mauvais ni bon jeu, il n'y a que des gouts... Telle est ma manière de songer.


... Quoi? On a bien le droit d'être fier de son nombre de RPG fini non? >>
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ragink
UN RENOI DTR
UN RENOI DTR
avatar

Messages : 569
Date d'inscription : 05/10/2008
Age : 24
Localisation : Rue du point du jour

MessageSujet: Re: Histoire basée sur des traductions.   Lun 24 Mai - 15:11

Non je sais pas vraiment si c'est par google trad franchement, mais le titre et le texte quoi...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Skwodolo
Un BDSM sauce blanche, harissa, sans oignons siouplé.
avatar

Messages : 454
Date d'inscription : 13/06/2008
Age : 26

MessageSujet: Re: Histoire basée sur des traductions.   Lun 24 Mai - 16:12

Il fallait être là très tôt le matin pour comprendre cody3
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Histoire basée sur des traductions.   

Revenir en haut Aller en bas
 
Histoire basée sur des traductions.
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» La fausse histoire d'un vrai menteur.
» [Kamy]L'histoire d'un Crâ...
» Le Foot en LR une longue histoire : aujourd hui l AS BEZIERS
» [RP] Histoire d'un joyeux brigand
» L''histoire de la baguette Rhon

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Phantom Kirbies :: Phantom Kirbies :: Insanity Random-
Sauter vers: